Vous êtes ici : Accueil / Nouvelles / Nouvelles MMS / Génération des ODD: des grèves contre la catastrophe climatique pour un changement planétaire

Génération des ODD: des grèves contre la catastrophe climatique pour un changement planétaire

Le début de cette nouvelle année a été très porteur d’espoir avec un nouveau mouvement de jeunesse mondial. Toutefois, plutôt que de rester figé dans l’espérance, nous devrions nous atteler désormais aux changements nécessaires à l’avenir de notre planète.

Depuis longtemps, les événements de politique de développement pour dialoguer terminent toujours de la même manière: les droites nationales-conservatrices exercent, en Suisse et dans le monde entier, une telle pression sur la coopération internationale que nous devrions absolument prouver que nous faisons quelque chose contre les «flux migratoires». Non pas que la migration ne soit en aucun cas un problème. Toutefois, quand déjà on souhaite parler de «flux» et de «marées», alors s’il vous plaît dans les régions du monde dans lesquelles un nombre incomparablement élevé d’émigrant(e)s a dû s’enfuir et là où les ressources naturelles existantes sont beaucoup moins importantes que dans les pays riches. Je parle de pays comme la Turquie, le Pakistan ou l’Ouganda.

Local, national, mondial

Accepter ce discours national-conservateur est problématique pour diverses raisons. D’abord, ce n’est pas avec une coopération internationale réussie que nous pouvons lutter contre la migration - et, ce faisant, nous menaçons de la délégitimer à moyen terme. Ensuite, nous détournons les causes réelles du sous-développement et de la migration. Puis nous affaiblissons la réflexion autocritique de notre propre travail et le fondement éthique d’une coopération couronnée de succès – la solidarité.

Et pour terminer, en restant figé, nous oublions ce que disent les cercles nationaux-conservateurs, les évolutions sociétales importantes au potentiel élevé de transformation: en fait partie la population scolaire qui s’oppose à la catastrophe climatique avec des grèves. Ce groupe est actif à l’échelle mondiale, se coordonne à l’échelle nationale et agit à l’échelle locale.

La responsabilité individuelle, c’est bien – L’action collective, c’est beaucoup mieux

Mais écoutons attentivement ces jeunes âgés de 15 à 18 ans, la manière dont ils s’expriment politiquement et qui exigent des décisionnaires une action orientée vers le futur. Au reproche qu’elle leur adresse d’agir eux-mêmes de manière responsable et de ne plus utiliser de compagnies aériennes à bas coûts par exemple, ils répondent: il est évident que chacun doit changer sa manière d’agir, mais cela ne suffit pas: il faut l’ensemble de la société et une politique crédible qui pose le cadre correct pour une action responsable.

Ce nouveau mouvement de jeunesse pense politiquement, internationalement et dans un contexte qui concerne l’ensemble de la société. En bref: voici la génération des objectifs du développement durable des Nations Unies. Voici la génération des ODD qui a compris que les beaux papiers ne suffisent pas, mais qu’il faut une action mondiale, collective pour sauver l’avenir de cette planète. En tant qu’acteurs et actrices de la coopération internationale, nous devrions écouter bien attentivement cette génération: Et voilà! Nous pouvons effectivement apprendre quelque chose.

Martin Leschhorn Strebel
Directeur Réseau Medicus Mundi Suisse

Navigation
Abonner les nouvelles
Se connecter


Mot de passe oublié ?
Nouvel utilisateur ?